Index du Forum FAQ Rechercher
S’enregistrer Connexion
SINNERS EST UN FORUM ÉCOLO' !
"Un écran consomme plus d'énergie pour afficher un écran blanc (ou clair) qu'un écran noir (ou sombre)."

:: Amaris Evans ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Avant de franchir les murs -> Fiches de présentation -> Registre des acceptés
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Amaris Evans
Recensé(e)

Hors ligne
Messages: 18
Inscrit le: 06 Oct 2010

Dossier personnel: URL
Âge: 21 ans
Ville d'origine: Sinneria
Parenté: Tanakil Evans
Sin(s): 10
Race: Hybride
Type: Psy-3
Capacité: Terrakinésie
Handicap: Comas (durée variable)

MessagePosté le: Mer 6 Oct 2010 - 23:32    Sujet du message: Amaris Evans Répondre en citant

"Sister, sister, oh so fair, why is there blood all over your hair?"


Une porte qui s'entrouvre et j'entre dans la pièce. Mon regard se pose sur l'entrée de ce garage désaffecté qui sert entre autre de lieu de réunion à notre faction de Mutants, et au dessus duquel je vis avec Maman. Ils sont nombreux à entrer et je peux sentir que ce ne sont pas les nôtres. Pourtant je marche avec eux, le pas sûr, la tête haute et un air déterminé qui pour le coup me surprend un peu. Certains s'écartent sur le premier rang et continuant d'avancer, je me retrouve en tête de front. Ce n'est pas moi. C'est Elle. Elle qui avance de son pas décidé à nous anéantir, je peux le voir dans le bleu glacé de ses yeux. Ce sourire qui étire ses lèvres pleines me donnerait presque la nausée. Elle se tient à quelques pas de nous, rejetant machinalement une mèche de cette crinière sombre pareille à la mienne. Comment peut on se ressembler à ce point et être pourtant si diamétralement opposées ? Un corps fin, élancé sans pourtant être sec, je peux distinguer chez elle comme chez moi ces même muscles développés par des entraînements intensifs. Tu me ressembles mais tu n'es pas moi, que le ciel m'en préserve, jamais je ne pourrais devenir ce que tu es devenue. Je te reconnais, mais tu m'es étrangère. Ce visage fin, ce regard, rien n'a changé en toi et pourtant tu sembles si différente de celle que j'ai connue par le passé. Mon regard se pose sur toi, sur Maman, sur toi à nouveau. Elle a beau dire, nous sommes pareilles, toi, moi, elle. Elle a beau dire que tu n'es rien … Je reconnaîtrai ma sœur entre mille.

Une phrase prononcée, des cris, un plafond qui s'effondre …


Je me réveille en sursaut. Le souffle me manque, inconsciemment mes mains se portent à ma gorge pour en retirer ce qui m'étouffe. Il n'y a rien. Rien de plus que ce cauchemar qui vient me tirer des quelques heures de calme que je m'accorde. On dit qu'un cauchemar s'en va lorsqu'on le raconte à quelqu'un, le problème c'est qu'avec les souvenirs cela ne fonctionne pas. Je sens mon cœur battre à toute allure dans ma poitrine, je tente de reprendre mon souffle mais rien n'y fera, le souvenir sera là, toujours bien imprimé dans ma mémoire, avec tous les autres. La main qui se pose sur mon épaule me fait sursauter et me retourner rapidement, sur la défensive, pour voir mon agresseur, ce ne peut être elle. Le visage familier me rassure et je sens l'air revenir dans mes poumons à un rythme habituel. Cette présence bien que silencieuse m'apaise doucement. Il me faut quelques longues minutes avant que je ne reprenne pleinement mes esprit, m'asseyant dans le fond de mon lit, adossée contre le mur je ramène mes genoux à moi et y enfoui mon visage. Comme la petite fille que j'étais, persuadée que si je ne voyais pas le monde, le monde ne pouvait soupçonner ma présence.
    Il était une fois, dans un royaume bien lointain, un roi et une reine qui s'aimaient énormément. De cet amour naquirent deux adorables petites filles… et j'ai eu la chance d'être l'un d'elles. Mes souvenirs sont flous quand il s'agit de mes premières années de vie, comme la plupart des gens je suppose. Des flashs, des anecdotes, des souvenirs d'événements précis parfois. Mais par-dessus tout une impression : Le bonheur, l'insouciance des heures passées à jouer à je ne sais quel jeux avec Elle. Tanakil. Ma grande sœur, celle qui me faisait rire, qui passait du temps avec moi à jouer, qui était tellement belle et que j'aimais tant. Nous étions pareilles, seul cinq années nous séparaient, et nos parents semblaient être les plus heureux du monde. Maman nous amusait avec ses "danses de feu" lorsqu'elle faisait apparaître des flammes rougeoyante d'entre ses mains magiques. Papa aussi était magicien, nous n'étions jamais malades ou blessées puisqu'il avait des mains magique qui pouvaient nous soigner. Une vision idyllique comme beaucoup de monde peut en rêver, et pourtant durant quatre ans, notre conte de fées était tout ce qu'il y a de plus réel.

"La ville est belle". Ce sont les paroles qu'il prononce et qui parviennent à mes oreilles. Relevant mon visage je peux apercevoir Gabriel qui se tient dans l'encadrement de la fenêtre et regarde ce monde fou auquel nous appartenons. Après quelques minutes je me lève et le rejoins, le draps sur les épaules je frissonne en sentent l'air frais au fur et à mesure que j'approche de la fenêtre ouverte. La ville n'est pas belle, pas pour moi. Je suis consciente que ce sont mes peurs qui parlent, mais pour moi cette ville ne sera plus jamais belle, pas tant que des gens comme Tanakil seront à notre recherche ; et je pense ne pas me tromper en pensant que cela n'est pas prêt de se terminer. S'ils pouvaient comprendre, s'ils pouvaient arrêter de se mettre en tête de vouloir s'exterminer les uns les autres, tout serait tellement plus simple et plus sain. Son bras entoure mon épaule et machinalement je m'appuie contre lui, il me dit de ne pas m'inquiéter, qu'ils seront bientôt de retour. Il a toujours raison et je n'aime pas ça, mais pour une fois j'espère qu'il dit vrai. Cela fait bientôt une semaine que nos compagnons ne sont pas rentrés.
    Tous les contes de fées ont une fin. Le nôtre ne fut malheureusement pas l'exception confirmant la règle. J'étais dans ma quatrième année lorsqu'un après-midi comme tant d'autres tout a basculé. Notre joli royaume s'est effondré aussi facilement qu'un château de cartes, ou qu'un petit train qui déraille. Tanakil jouait avec moi comme à notre habitude, nous étions dans ma chambre à regarder ce vieux petit train que papa avait un jour ressorti d'un carton contenant pas mal de vieilles choses qu'il possédait lorsqu'il était enfant lui aussi. Quelques rails que nous assemblions en un cercle, un petit train tournant presque éternellement sur ces rails. Et nous qui passions des heures à le regarder tourner, tourner et tourner encore. Je ne sais pas ce qui m'a fait rire plus que d'habitude, peut être Tanakil m'avait elle dit quelque chose qui m'avait amusée, je ne m'en souviens pas. Mais plus je riais plus je sentais des picotement dans mes doigts, les picotement s'intensifiait lorsque ma main frôlait le sol et lorsque je l'y ai posée, le petit train a déraillé.

    Je voulais recommencer mais on ne m'en laissa pas l'occasion, je fus rapidement soulevée de terre et voltigeais dans les bras de Maman qui riait presque aussi fort que moi quelques secondes avant. Puis dans le salon c'est Papa qui posa sa main sur ma joue avant de me faire un baiser sur le front. J'avais beau n'avoir que quatre ans, lorsque je souriais et attendais que ce soit au tour de ma grande sœur de nous rejoindre et de rire avec nous et qu'elle ne nous rejoignait pas, je compris que quelque chose n'allait pas.

    Sans m'en rendre compte j'avais fait voler en éclat le beau rêve dans lequel nous vivions tous les quatre. Depuis ce jour tout changea, enfin quand je dis tout ce n'est pas vrai. C'est moi qui ai changé et par conséquent le regard que Maman portait sur moi, mais également sur ma sœur. Comme si ces quatre premières années n'avaient jamais existé, nous avons grandis comme deux sœurs qui ne s'entendent pas. J'avais beau poser des questions à ma mère, elle n'accordait plus aucune importance à Tanakil et ne se souciait plus d'elle, seul Papa semblait s'intéresser à elle. Et moi bien sur, mais quand la grande sœur que vous idéalisez et aimez vous déteste du jour au lendemain ce n'est pas simple de lui montrer que vous l'aimez toujours.

    Hybrides. Humains. Capacités. Ces mots là étaient devenu tellement réguliers : comme mon père et ma mère j'étais donc une hybride et possédais une capacité, un pouvoir bien à moi. Ce n'était donc pas un hasard si le petit train avait déraillé quelques années auparavant lorsque ma main avait doucement tapoter le sol. Le sol, la terre voilà de quoi j'étais capable, faire se mouvoir le sol, les murs, tout ce qui nous entoure ou presque. Enfin c'est ce que Maman m'expliqua, qu'elle était là pour m'aider à développer mon don pour en faire le meilleur usage. Tanakil elle n'était qu'une simple humaine et ne pouvait rien faire de magique, je me souviens avoir dit à Maman qu'elle avait surement besoin de plus de temps pour que son don à elle ne se manifeste. Mais elle ne m'écoutait pas. Pour elle Tanakil n'était rien de plus qu'une erreur de la génétique. Seul Papa nous traitait de la même manière, et j'aimais cela, il ne faisait pas comme Maman et ne me laissait pas faire n'importe quoi, et il ne couvait pas non plus Tanakil. Il était simplement juste. Nous étions ses filles toutes les deux, hybride, humaine peu importe il nous aimait de la même manière. Il ne faisait pas de différences entre nous, nous offrait les mêmes cadeaux, comme ce bracelet d'argent serti d'une pierre d'ochr.

Mes ombres s'envolent... On frappe à la porte et Gabriel s'en approche. Je prends le temps de fermer la fenêtre et par habitude me cache derrière l'étagère qui sert de paroi entre mon lit et ce qui nous sert de pièce à vivre. A la manière de frapper contre la porte je sais que c'est l'un des nôtres, fermant les yeux je prie pour que tous les deux soient de retour. La porte s'ouvre et le bruit d'une chute m'indique que tout ne se passera pas comme prévu, une fois de plus. J'entends Gabriel qui m'appelle, et je sors de ma cachette, je l'aide à trainer Elias jusque sur son lit avant de refermer la porte, la barricadant avec la même minutie que dès que l'un de nous sort ou rentre. Je me dirige pour amener de l'eau mais la voix de Gabriel me fait faire demi tour. Posant la main ornée de mon bracelet en argent sur son épaule, je le regarde faire, user de son pouvoir, afin de guérir l'un des nôtres, notre seule exception. Cas de force majeur. Je ne sais pas s'il s'en rendait compte à l'époque mais le jour où mon père m'a offert ce bracelet, il ne pensait sans doute pas que je rencontrerai un jour quelqu'un ayant le même pouvoir que lui, et qui sache que ses capacités sont augmentées lorsqu'il ressent la chaleur retenue prisonnière dans le morceau d'ochr que je porte sur moi.
    Des cris, des pleurs, de la poussière et des gravats partout. Voilà qu'à tout juste douze ans je devenais une meurtrière. Je ne savais pas. Je ne voulais pas. Je ne savais pas mon pouvoir si sensible face à mes émotions. Elle m'avait fait des reproches, comme toujours, et cette fois je n'en pouvais plus de tout encaisser sans rien lui dire. Humaine ou non. Hybride ou non. Tanakil est ma sœur et elle m'a mis hors de moi. J'ai sentis le mur commencer à trembler quand j'ai claqué la porte de ma chambre, mais c'était plus fort que moi, je ne pouvais pas m'arrêter, il fallait que je me lâche. J'ai bien tenté de me calmer mais, les nerfs à vifs, je ne pouvais que taper du pied et envoyer les objets de ma chambre valser au travers de la pièce en donnant des coups de pieds. Les murs tremblaient, le plafond tremblait, le sol tremblait mais j'étais trop énervée pour réussir à tout arrêter.

    Maman est entrée dans ma chambre comme une folle en m'en faisant sortir, Tanakil était déjà dehors lorsque nous l'y rejoignîmes juste à temps pour voir chez nous s'effondrer. Pour la deuxième fois, je venais de réduire à néant notre beau royaume, au sens propre cette fois-ci. Mon regard embué de larmes de colère et de culpabilité s'est posé sur Tanakil, puis sur Maman avant de la voir partir vers le tas de ruines et y chercher notre père. Je sentis mes jambes céder, mes yeux se fermer, mon esprit et mon corps décidant de s'accorder une petite pause.

J'ouvre les yeux. Elias semble reprendre des forces. Je retire ma main de l'épaule de Gabriel et m'apprête à poser la question que nous nous posons tous les deux. Elias nous devance. Gena ne reviendra pas, ils sont tombés sur des rabatteurs de GenTech il y a trois jours déjà, il a préféré errer encore quelques temps avant de revenir à la maison après leur avoir fausser compagnie. Il ne voulait pas prendre le risque qu'ils nous trouvent. Il n'a pas besoin d'en dire plus, je les laisse et vais prendre place sur mon lit, à l'autre bout de la pièce qui nous sert de chambre. Je ne dois pas pleurer, je ne dois pas laisser mes émotions se manifester. Surtout pas. Je connaissais assez Gena pour savoir qu'elle ne se laisserait jamais renvoyer dans leurs laboratoires, Elias n'avait pas besoin de le dire mais je savais qu'elle avait préféré mourir plutôt que d'y retourner. Sauver Elias en tentant d'en détruire le maximum dans les rangs adverses.

    Lorsque je me réveillais, une semaine s'était écoulée. Maman était là, elle m'expliqua que nous savions maintenant quel était le handicap que traineraient en contre partie de mes capacités. Jusqu'à aujourd'hui lorsque je tentais d'utiliser mon pouvoir j'avais ensuite des maux de tête ou une fatigue intense dans l'heure qui suivait. Nous en avions donc déduit que plus l'utilisation était intense plus mon temps de récupération était grand, je sombrais donc dans des micro-comas pouvant aller de quelques heures à plusieurs semaines. Je me souviens avoir demandé à voir ma sœur. C'est là que tout a commencé, c'est à partir du moment où Maman m'a dit qu'à présent nous étions une famille composée d'uniquement elle et moi que je compris que je ne reverrais certainement jamais ma grande sœur. Maman me consolait, me répétait sans cesse que tout ce qui était arrivé n'était pas de ma faute, je n'étais qu'une gamine et jamais je n'aurais voulu faire de mal à mon père, encore moins le tuer. Tout était de la faute de Tanakil. Elle m'avait poussée à bout, c'était donc elle la responsable. Elle, l'humaine frustrée d'être la seule différente dans notre famille, celle qui n'avait pas mérité d'avoir un don particulier, celle qui avait détruit petit à petit notre famille en me dénigrant, en me poussant dans me limites jusqu'à ce que je craque. Si Papa était mort aujourd'hui c'était de la faute de Tanakil et certainement pas la mienne.

    N'ayant plus de toit au dessus de nos têtes, des amis de Maman nous ont trouvé quelque chose, ce n'est pas le grand luxe mais au moins ça a l'air solide, avec moi c'est ce qui compte. C'est au dessus d'un garage désaffecté que l'on vit désormais, plusieurs fois par semaine certains amis de Maman passe au garage et je suis autorisée à me joindre à eux, ils sont tous comme nous, et ont presque tous la même aversion que nous pour les non hybrides. Je ne sais pas si je déteste tous les humains, mais s'ils sont comme Tanakil alors oui, cela ne fait pas de doutes.

    Je passais les années suivantes à m'entrainer à maitriser mon pouvoir, Maman est toujours là pour m'aider et je suis de plus en plus impliquée au sein des Mutants. Oui c'est comme ça que se nomme notre groupe, il parait qu'il y a des petit groupes un peu partout, je ne connais pas le chef mais dans notre faction c'est Maman et Seth qui tiennent les commandes. Je maitrise mon pouvoir de mieux en mieux et je suis envoyée de temps à autres pour détruire des petites constructions, faire trembler un peu la terre pour faire sauter une canalisation ou provoquer des glissements de terrain, ça m'amuse de les voir courir dans tous les sens, je me dis qu'un jour je tomberai peut être sur ma sœur et que je pourrais lui montrer comment sa petite sœur a bien grandi.

Mes pensées s'échappent. Je ne veux pas que ce que j'ai entendu soit vrai. Et pourtant, Elias le répète, celle qui était à la tête des rabatteurs qui leur sont tombé dessus, me ressemblait énormément. Elle ne s'arrêtera jamais de me traquer. Maman et maintenant Gena, je sens qu'elle ne s'arrêtera pas, même si elle arrive à mettre à nouveau la main sur moi. Ce jour là n'est pas prêt d'arriver, je ne la laisserai pas faire. Pas sans me battre.

    Je devais avoir dix sept ans la première fois que j'ai rencontré Gabriel. Je venais de faire s'écrouler ce qu'il restait d'une vieille baraque, juste pour m'amuser, pour m'entraîner d'avantage. Et il s'était précipité dans les décombres pour en ressortir deux personnes qu'il avait soigné. Je n'avais pas besoin d'explication, ce que j'avais vu me suffisait, lorsque l'on a un père possédant la capacité de soigner les gens, ont peut facilement reconnaître ce geste chez un autre guérisseur. Il était hybride tout comme moi, à la différence que lui ne pouvait s'imaginer faire du mal à un humain, ou le laisser là sans lui porter secours. Je savais à cette minute là que j'avais à faire à un idéaliste, plein d'idées plus optimistes et utopistes les unes que les autres. Sachant pertinemment que j'allais faire face à l'un de mes comas, je rentrais à la maison. Je crois que pour la première fois de ma vie ce jour là, j'ai du mentir à Maman, ou en tout cas ne pas lui dire toute la vérité.

    Au fil des mois je l'ai revu de temps à autres, et me suis liée d'amitié avec lui, il était l'un des rares hybrides de mon âge que je fréquentais sans avoir l'aval de Maman, je pense que je vivais ma crise d'adolescence avec un peu de retard. Mais Gabriel a commencé à semer le doute dans mon esprit. Lui qui voyait le bien en toute personne et en toute chose ne pouvait pas comprendre comment ma mère avait évincé l'une de ses filles de sa vie sur le simple motif qu'elle n'avait pas développé de capacité et n'était qu'humaine. Il me faisait parler, beaucoup, trop peut être. Les doutes grandissaient en moi et petit à petit, à force d'observation, de questions détournées je me rendis compte que j'avais été bien naïve. Mais pouvais-je vraiment m'en rendre compte ? Quand à douze ans, on ôte la vie à son père parce que l'on ne sait pas maitriser ses pouvoirs, on se sent tellement coupable que lorsqu'on nous sert un autre coupable sur un plateau d'argent, on ne le refuse pas, on s'y raccroche et on se laisse bercer d'illusions. Un robot, voilà ce que ma mère avait fait de moi. Un bon petit soldat prêt à se taper trois semaines de comas pour faire exploser une usine et par la même occasion envoyer bon nombre d'humains dans un autre monde. Elle m'avait entrainée dans un seul but, utiliser mes capacités, comme elle le faisait avec tous les autres membres de notre faction. Que je sois sa fille ou non, elle semblait m'aimer pour ma capacité, pour le fait que j'en ai développé une. Lorsque j'ai réalisé cela je n'ai pu m'empêcher de penser à toutes les horreurs que j'avais pu penser au sujet de Tanakil. Et si ça avait été moi à sa place ?

    C'est ce jour là que j'ai décidé de parler à Maman, de la confronter à ses agissements envers moi, envers ma sœur, qu'elle reconnaisse que ce n'était pas qui nous étions qui lui importait, mais si nous étions hybride ou non. Je lui en voulais de m'avoir menti, de m'avoir utilisée, je me sentais stupide d'avoir pu être aussi crédule. Mais je n'ai pas eu le temps de lui parler, à peine cinq minutes après mon arrivée au garage, la porte s'ouvrit et nous savions très bien à qui nous avions à faire. Nous étions pris au piège dans notre propre tanière. Je ne sais pas combien ils étaient, je n'en voyais qu'un. Ou plutôt une. C'était elle, cette sœur pour qui j'avais eu de la sympathie, que j'allais défendre face à Maman, et voilà qu'elle avait rejoint la GenTech et aujourd'hui elle devait être à son apogée en nous tombant dessus. Maman me hurlait de déchainer mon pouvoir pour nous sortir de là. Je voyais les flammes danser tout autour de nous mais je ne pouvais rien faire. Je ne savais pas laquelle des deux je devais croire. C'est malgré moi et par réflexe que je tentais le tout pour le tout lorsque je les vis s'emparer de Maman, lorsque je vis le sourire sur les lèvres de Tanakil que je décidais de m'en prendre à elle.

    Lorsque j'ouvrais les yeux, je pu rapidement me rendre compte que mes efforts avaient été vains, j'étais prise au piège, dans une cage et ma sœur souriait de l'autre côté. Elle avait bien fait son job, deux pour le prix d'une, belle prise. Je n'avais aucune idée de ce que j'allais subir ici, et je pense que même si je l'avais imaginé, cela n'aurait été qu'un centième de ce qu'ils m'ont réservé. Durant plus de deux ans, j'ai enduré les pires traitements, physiques, psychiques, on me poussait dans mes limites, on me forçait à utiliser mon pouvoir, par je ne sais quelles drogues ils testaient ma résistance et l'étendue de mes pouvoirs lorsqu'ils me privaient de mes comas réparateurs. Ce qu'ils m'ont fait ici était pire que tout ce que j'avais pu faire au sein des Mutants. Je n'avais qu'une idée en tête, tenir, je ne voulais pas les laisser gagner, pas Elle. Puis un jour Maman lâcha prise elle, elle mourut dans l'une des cages. Jamais je n'aurais pu savoir tout ce que je voulais découvrir, toutes les questions qui restaient sans réponse le jour de notre capture. Tanakil n'avait peut être pas toute la responsabilité dans la mort de notre père, mais celle de notre mère elle l'aurait pour toujours dans mon esprit.

    Quelques mois plus tard, durant un transfert de ma cage dans leurs laboratoires je lâchais toutes mes émotions, je pleurais la mort de Maman et fit trembler pas mal de murs, c'est de cette manière que j'ai réussi à m'enfuir des labos de GenTech. J'étais perdue, je ne savais pas où je me trouvais, comment et surtout où aller à présent. Il était hors de question que je retourne chez les Mutants. Maman était morte mais elle m'avait tout de même menti et endoctrinée à sa manière. Je ne voulais pas y retourner, je ne voulais plus avoir à utiliser mon don, plus jamais, il m'avait fait bien assez de mal comme ça. Je n'avais plus rien, je ne possédais plus rien, j'avais tout perdu. Je repensais à ce bracelet que je ne quittais jamais, le souvenir me revint et je décidais de regagner l'endroit où je l'avais laissé quelques heures avant ma capture; chez Gabriel. C'est lors de mon évasion que Gena avait également pu en profiter pour s'enfuir elle aussi, elle m'avait retrouvée et nous habitions tous les trois dans ce qui avait été un restaurant d'après Gabriel. Elias nous a rejoint peu de temps après.

La nuit vient de tomber sur Sinneria. Comme s'il attendait ce signal, Elias s'est endormi et Gabriel vient s'assoir à mes côté, passant son bras autours de mes épaules. Il ne dit rien et je préfère ça. Gena est morte, Elias a failli y passer et tout cela dans une embuscade tendue par la GenTech et menée par ma très chère sœur. Je ne suis pas d'humeur à voir le coté positif des choses ce soir, bien que nous soyons encore ensemble, que nous ayons encore assez de sins gagnés par Gabriel pour ses services de guérisseur, le fait est que ce soir l'une de nos amies est morte. Même si je m'interdis toute émotion pour ne pas nous mettre en danger tous les trois, je suis triste et en colère. Il faut que je m'endorme, que je ne pense plus à rien, il faut que je sois forte, pour le jour ou je la reverrai.



    Identité : Amaris Evans
    Âge : 21 ans
    Race : Hybride, non-recensée

      Capacité :
        Terrakinésie [type : Psy]
        Contrôle de l'élément Terre, allant de la simple fissure dans un mur, au tremblement de terre. Elle peut l'utiliser pour la destruction comme la création. Cependant elle n'a conscience que du côté destructeur de sa capacité.


      Handicap :
        Proportionnellement à l'utilisation de son pouvoir, elle sombre dans l'heure qui suis dans un micro comas. Pouvant aller d'une heure à plusieurs semaines selon l'intensité de l'utilisation.


      Niveau :
        Niveau 1 : nécessité de contact avec le sol - légers tremblements (petits objets)
        Niveau 2 : activé par la pensée pour de courtes utilisations / nécessité de contact avec le sol pour plus de puissance - tremblements moyens, fissures dans les murs etc ...
        Niveau 3 : activé par la pensée / plus de puissance avec contact du sol - tremblements importants, glissement de terrain, chute de murs, plafonds etc ...
        Niveau 4 : activé par la pensée / puissance maximale avec contact du sol - tremblement de terre violent, modification volontaire du relief. Le niveau 4 n'est pas un état permanent, il peut être atteint périodiquement suite à de vives émotions parfois incontrôlable.
        Niveau actuel : 3


    Caractère résumé : Instable, paranoïaque, terrifiée par ses émotions.

    Objectif personnel : Se cacher de Tanakil Evans.




Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 6 Oct 2010 - 23:32    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Amaris Evans
Recensé(e)

Hors ligne
Messages: 18
Inscrit le: 06 Oct 2010

Dossier personnel: URL
Âge: 21 ans
Ville d'origine: Sinneria
Parenté: Tanakil Evans
Sin(s): 10
Race: Hybride
Type: Psy-3
Capacité: Terrakinésie
Handicap: Comas (durée variable)

MessagePosté le: Mer 6 Oct 2010 - 23:38    Sujet du message: Amaris Evans Répondre en citant

ET DERRIÈRE ?

Quel est l'avatar qui représente votre personnage ?
Kate Voegele

Combien de fois par semaine êtes-vous disponibles pour venir sur le forum ? Et pour poster en RP ? Et pour flooder ?
Je pense que je passe en tout cas 4x par semaine, pour ce qui est du RP cela dépends du temps à disposition, de l'inspiration du moment mais généralement au moins 1 à 2x par semaine. Pour le flood je suis disons ... variable.

Comment êtes-vous arrivé ici ?
vous voulez la version longue + bonus + commentaires du réalisateur ?
disons simplement que ma grande soeur avait besoin que je vienne lui mettre des bâtons dans les roues

Avez-vous fait de la publicité autour de vous pour Sinners ? Si oui, comment parlez-vous de ce forum, et comment le qualifieriez-vous ?
pas encore mais c'est envisageable ! ^^

Le règlement est-il signé ?
j'y vais de ce pas (donc on peut considérer ça comme un oui )

Des choses à ajouter ?
à part dire à ma chère Tanakil que je vais tout faire pour lui pourrir la vie ? Non ^^



Revenir en haut
Alice May
-
<font color=black>-</font>

Hors ligne
Messages: 409
Inscrit le: 09 Mai 2010

Dossier personnel: URL
Emploi: Duelliste sous couvert de danseuse
Surnom / Identité: Chinook
Âge: 19 ans
Ville d'origine: Sinneria
Localisation: Zone Samaël
Sin(s): 93
Race: Hybride
Type: Nrj-2
Capacité: Téléportation.
Handicap: Pouvoir inhibé et évanouissements si ne s'alimente pas très fréquemment.

MessagePosté le: Jeu 7 Oct 2010 - 21:45    Sujet du message: Amaris Evans Répondre en citant

Alors toi, idem que pour ta soeur sauf que toi au moins t'es gentille (et tu cherches pas à... enfin tu tournes pas autour de... bref, j'me comprends)...
Y aurait peut-être juste un petit détail: tu ne donnes aucune description physique d'Amaris si je ne m'abuse, même si Tanakil l'a plus ou moins fait pour deux dans sa fiche... Il faudrait peut-être rajouter un petit quelque chose à ce niveau là.

À part ça c'est parfait, y a plus qu'à attendre un admin!

(PS: bute la! bute la!)



Revenir en haut
MSN
Viktor Sedah
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 8 Oct 2010 - 13:02    Sujet du message: Amaris Evans Répondre en citant

Comme pour la soeur, je sais qu'il y a eu un gros travail de prépa pour le perso donc ... donc ... je valide  Hm
Un seul point cependant, ne me hais pas trop, ça ne sert à rien, pourquoi ? Je suis gentil moi, si tu viens chez moi tu es nourris, blanchis, tortu...

Bienvenue sur Sinners et Bon jeu Stupid MD
Revenir en haut
Alice May
-
<font color=black>-</font>

Hors ligne
Messages: 409
Inscrit le: 09 Mai 2010

Dossier personnel: URL
Emploi: Duelliste sous couvert de danseuse
Surnom / Identité: Chinook
Âge: 19 ans
Ville d'origine: Sinneria
Localisation: Zone Samaël
Sin(s): 93
Race: Hybride
Type: Nrj-2
Capacité: Téléportation.
Handicap: Pouvoir inhibé et évanouissements si ne s'alimente pas très fréquemment.

MessagePosté le: Ven 8 Oct 2010 - 13:04    Sujet du message: Amaris Evans Répondre en citant

Boogy Tango



Revenir en haut
MSN
Aaron Slenine
Pigeon Voyageur

Hors ligne
Messages: 176
Inscrit le: 19 Mai 2010

Dossier personnel: URL
Emploi: Ange-Gardien
Surnom / Identité: Fly
Âge: 33 ans
Parenté: inconnue
Localisation: Lève le nez...
Sin(s): 36
Race: Hybride
Type: Bio-4
Capacité: Vol
Handicap: Squelette fragilisé

MessagePosté le: Ven 8 Oct 2010 - 17:44    Sujet du message: Amaris Evans Répondre en citant

Comme pour ta sister, bienvenue sur le forum ;)




Merci Soli ^^
Revenir en haut
Shaft Spike
L'ogre de Samael

Hors ligne
Messages: 396
Inscrit le: 20 Sep 2009

Emploi: Gladiateur au S80'
Surnom / Identité: L'ogre de Samael, Ajax
Âge: 33 ans physiquement,
Ville d'origine: Sinneria
Parenté: /
Localisation: Dans la zone Samaël
Sin(s): 42
Race: Hybride
Type: Bio-3
Capacité: Super Agilité
Handicap: Psychopathe Mensuel, Toxicoman
Accroc ?: Fang Bang

MessagePosté le: Ven 8 Oct 2010 - 19:45    Sujet du message: Amaris Evans Répondre en citant

Bienvenue en enfer L'avalanche ! Langue  



[Born to Kill] !


Hannibal is back !
Revenir en haut
MSN
Amaris Evans
Recensé(e)

Hors ligne
Messages: 18
Inscrit le: 06 Oct 2010

Dossier personnel: URL
Âge: 21 ans
Ville d'origine: Sinneria
Parenté: Tanakil Evans
Sin(s): 10
Race: Hybride
Type: Psy-3
Capacité: Terrakinésie
Handicap: Comas (durée variable)

MessagePosté le: Sam 9 Oct 2010 - 13:43    Sujet du message: Amaris Evans Répondre en citant

Ravie d'avoir enfin franchis les portes me menant par ici ! Merci pour l'accueil !
@Viktor : Vous haïr mon cher ? voilà qui serait indigne de moi, après tout ce que vous avez fait pour moi ...
@ Alice : Merci d'avoir joué le rôle de lapin blanc pour m'amener ici !
@ Aaron & Shaft : Merci, à bientôt peut être, sous un tas de débris ou autre part, et merci pour le surnom Shaft ! ^^



Revenir en haut
Zachary Guizdo
Recensé(e)

Hors ligne
Messages: 38
Inscrit le: 09 Mai 2010

Emploi: barman/pilote
Âge: 22 ans
Ville d'origine: Sinneria
Localisation: Samaël
Sin(s): 40
Race: Hybride
Type: Psy-2
Capacité: choc psychique
Handicap: maux de tête
Accroc ?: Diamond Smile

MessagePosté le: Ven 15 Oct 2010 - 12:23    Sujet du message: Amaris Evans Répondre en citant

Content de te voir ici toi aussi! J'aime beaucoup ton perso et la manière dont tu as rédigé ta fiche est extra, vous êtes trop mignonnes, les soeurettes!
Bienvenue!



Revenir en haut
Amaris Evans
Recensé(e)

Hors ligne
Messages: 18
Inscrit le: 06 Oct 2010

Dossier personnel: URL
Âge: 21 ans
Ville d'origine: Sinneria
Parenté: Tanakil Evans
Sin(s): 10
Race: Hybride
Type: Psy-3
Capacité: Terrakinésie
Handicap: Comas (durée variable)

MessagePosté le: Ven 15 Oct 2010 - 20:34    Sujet du message: Amaris Evans Répondre en citant

Mais que de compliments ! je ne sais que répondre à part merci très cher ! ^^
en espérant te croiser par là une fois (mais avec ma frangine le plus loin possible hein faut pas déconner non plus ! )



Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:43    Sujet du message: Amaris Evans

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Avant de franchir les murs -> Fiches de présentation -> Registre des acceptés Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème pour Sinners© de