Index du Forum FAQ Rechercher
S’enregistrer Connexion
SINNERS EST UN FORUM ÉCOLO' !
"Un écran consomme plus d'énergie pour afficher un écran blanc (ou clair) qu'un écran noir (ou sombre)."

:: Dorian Russel, de l'homme au philosophe ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Avant de franchir les murs -> Fiches de présentation
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Dorian Russel
Nouveaux inscrits

Hors ligne
Messages: 2
Inscrit le: 09 Oct 2010

Emploi: Co-dirigeant de Sinneria
Surnom / Identité: BOSS
Âge: 41 ans
Ville d'origine: Sinneria
Parenté: Inconnu
Localisation: L'altus
Sin(s): 4
Race: Humain
Capacité: Possède une bague anti-pouvoir
Handicap: Paranoïa aigüe
Points forts: Intellect sur-développé, stratège
Points faibles: Alcoolique, mégalo et orgueilleux

MessagePosté le: Lun 18 Oct 2010 - 15:12    Sujet du message: Dorian Russel, de l'homme au philosophe Répondre en citant

IDENTITÉ "Comme il vous plaira"


Comment vous appelle-t-on ? Un nom, un prénom ou plusieurs, un surnom peut-être ? Et sa signification, son histoire ?
D'aussi loin que remonte ma mémoire, on m'a toujours appelé Dorian Russel. Bien sur il est arrivé que certaines personnes m'affublent de sobriquet parfois énervant tel que Dory ou bien Dodo mais dans l'ensemble on m'appelle respectueusement Monsieur Russel. Seul mes intimes usent de mon prénom pour me qualifier, mais ils sont si peu nombreux qu'on peut raisonnablement dire qu'on m'appelle Monsieur Russel

Qui sont vos parents, à qui êtes-vous affiliés ?
Monsieur et Madame Russel sont mes parents. Ils n'étaient personne, un couple d'ouvrier qui ont vu le jour comme beaucoup d'autre à Sinnéria. Leurs particularités étaient dans leur nature, ils devaient se cacher pour ça, car leur nature si surprenante soit-elle à toujours attisée la peur et la méfiance, parfois même la jalousie. Étonnant comme les hommes peuvent être contradictoire, jalouser et détester en même tant une chose semble déconcertante et pourtant c'est ce qui fait la complexité de l'homme.

À quelle race appartenez-vous ? Cette catégorisation vous pose-t-elle problème ?
Je ne suis qu'un homme, sans pouvoir quelconque si ce n'est mon intelligence. Je me suis toujours demandé ce qu'aurait été ma vie, si j'avais été comme mes parents. Ces derniers se posent encore la question, mais pas pour les même raisons. Car cette question à détruit leur couple alors qu'ils s'aimaient. Il est dur pour une mère hybride de justifier la banalité de son enfant au père hybride. Car comme le dit un vieux proverbe : Mère sur, Père incertain.


Type : Bague
Capacité : Protège le propriétaire contre tout pouvoir psychique ou biologique qui agirait sur son cerveau
Handicap : Le propriétaire fera preuve d'une paranoia progressive et spectaculaire qui ne cessera pas même après la séparation de l'objet


Quel âge vous donne-t-on ? Et quel âge avez-vous ?
On me donne très souvent la trentaine, ou du moins des années qui s'en rapproche, Le plus généralement 35 ans. Comme si on pouvait donner un âge à une apparence physique. La plupart s'étonne lorsqu'ils apprennent que j'ai passé le cap de la quarantaine. Ce cap arrive si vite, c'est à peine si je l'ai vu arriver. On dit souvent que c'est aussi le cap de la raison et de la sagesse. La sagesse, une manière camouflée de dire qu'on est vieux.Mais à 41 ans, ça serait malheureux de se sentir déjà bon à la casse.




CREUSONS UN PEU "D'accord mais pas trop loin quand même"


Comment vous décririez-vous physiquement ? Avez-vous des signes particuliers, et si oui, les dissimulez-vous ? Pourquoi ? Que représentent-ils pour vous ? Est-ce que votre apparence vous pose problème ?

Physiquement, je suis en forme. Étant de nature prévoyante, toute ma vie j'ai du me défendre, lorsqu'on est qu'un humain basique dans la zone Samael, il vaut mieux se mettre rapidement à un sport de combat et ne jamais perdre l'habitude de s'entraîner. Même si je suis en forme, je dois vous l'avouer, j'ai un peu perdu de ma superbe. Quelque kilos en moins ne me ferait pas de mal, mais j'ai beau tout tenter, je n'arrive pas à les perdre. Mes poignets d'amours sont devenu un défaut au quel je me suis habitué et mon endurance diminuant d'année en année, une fatalité à laquelle je me suis résigné. Enfin bon, je ne vais pas me plaindre, je connais quelque quinquagénaire en bien plus triste état que moi. D'abords, je suis assez bien conservé. Parce qu'aucun cheveux blanc ne trône sur ma chevelure brune, de plus malgré le faite que mon visage est été ravagé par une poussée d'acnés juvénile particulièrement féroce dans ma jeunesse qui me laisse quelque cratères intriguant, je garde un certain sex appeal du à un héritage très masculin : une mâchoire carré, une barbe obstinée luttant continuellement pour sa survie, des sourcils larges, des yeux bleus acier et encerclé par de lourde paupière touché par la fatigue, un front commun et un charisme omniprésent. Si on me déshabille et je suis sûr qu'hier n'était pas la dernière, on y découvrira un corps avec de beaux restes fermes et quelque peu envahi par mon armée de poils dur. Des épaules carrées et des pectoraux encore présent viendront compléter avec mes mains fermes ma virilité déjà bien dominé par une poche bien rempli dans le pantalon. Je sais être pudique, mais ce n'est pas vraiment dans ma nature de renier mon corps comme vous l'aurez deviner. Contre vent faire bon grée est une devise que je prend au pied de la lettre, surtout depuis que je me vois vieillir.

Je n'ai pas vraiment de signes distinctifs, si ce n'est un tatouage sur le biceps droit que tout les membres de mon ancien régiment ont. Et oui, j'ai fait partie de l'armée, spécialisé dans les interventions hors cité : tactique et destruction. Quoi que ça ce n'était pas ma spécialité, voyez-vous, moi j'étais plutôt le médecin en chef de l'unité. C'est d'ailleurs pour ça que certains anciens camarades lorsque je les croise m'appellent encore Doc'. Mais ils sont peu nombreux, qui s'occupent de nos jours d'un vieux soldat à la retraite. Les survivants ont du faire face à un ennemi bien pire que les barbares, ils ont du se battre contre l'ennuie, un ennemi contre lequel on ne gagne pas.
 

Comment définiriez-vous votre caractère ? Quelles sont vos qualités, et quels sont vos défauts ? Quelles sont vos ambitions ? Avez-vous des goûts particuliers ?

Énumérer mes défauts et qualités n'est pas une chose facile, j'ai beau avoir l'intelligence et la raison de mon côté, on est jamais à l'abri de se mentir à soi-même. Et en l'occurrence surtout à vous. C'est pourquoi je tenterais d'être sincère, mais veuillez me pardonner si vous relevez un trait de caractère que je ne citerais pas, personne n'est infaillible, surtout pas moi. Résumons les choses simplement voulez-vous. Depuis mon enfance, j'ai toujours été très intelligent, alors que mes camarades tentaient de comprendre une question, moi, j'y répondais. Les nombres et les lettres ne furent jamais un mystère pour moi. Le problème, c'est que lorsqu'on est trop bon par rapport aux autres, on s'attire des problèmes, étant un enfant tempéré, j'ai vite appris à me faire plus bête que je ne l'étais, créant ainsi une qualité non négligeable : la modestie. En même temps, je me rendis compte de l'opportunité d'une telle mascarade : ma facilité à manipuler les adultes et les autres enfants. La encore, j'ai du temporisé, on ne manipule pas une personne s'en culpabiliser un minimum. Du moins, si on a été correctement éduqué, et sur ce point, je dois mes remerciements à mes parents qui étaient bienveillant mais strict s'il le fallait. J'ai toujours soupçonné mes parents d'être bien plus intelligent qu'ils ne voulaient le faire croire, même encore aujourd'hui. Malgré des qualités indiscutables que nombre de gens vous confirmeront, n'allez surtout pas croire que je suis un saint, ce serait une erreur. Apprendre le mensonge à un prix, le mien est celui d'être plutôt renfermé sur moi-même, cachottier et manipulateur pour le bien commun. Le bien commun, encore faut-il savoir ce que c'est. Dans mon cas, le bien commun, c'est ma vision de l'avenir, pas la meilleur, mais celle que je suppose être la meilleur. De cette façon, je l'avoue, je suis aussi un peu égoïste car je pense pour les autres leur vie.

Mais jusqu'à maintenant, n'ai-je pas façonné un monde paisible ? Une sorte d'harmonie entre les hybrides et les humains ? Cette ambition, je l'ai cultivé déjà tout petit, lorsque je me suis rendu compte à quel point c'était dramatique pour moi et mes parents que je ne sois pas un hybride et que d'autres le soit. Observant les défauts de cette ville, je me suis très vite forgé un rêve que je suis entrain de vivre pleinement. Le seul soucis, c'est qu'aujourd'hui, il n'y a plus grand chose à faire pour moi. Je suis au pouvoir, mais je ne veux pas de ce pouvoir, je le sens, ça corrompt mes sens et mon intelligence, l'émoussant à un point qui sera bientôt sans retour. Mais en même tant, je ne peux le laisser, j'ai peur des conspirateurs, j'ai peur que sans moi, mon confrères ne puissent déjouer les plans de quelque fabulateurs encore prêt à croire à la suprématie d'une ou l'autre des deux races. J'en suis arrivé à un point où je redoute ce fait. Devenant légèrement paranoïaque, c'est pour ça que j'ai crée le recensement, même si l'égalité entre les hybrides et les hommes est nécessaire, il n'empêche, que les hybrides sont plus fort que les hommes et je dois enregistré ça dans l'équation, pour équilibrer au mieux les forces. Viktor aussi m'aide beaucoup sur ce point, un ami qui n'a pas besoin de m'appelle Monsieur Russel, lui aussi il comprend ma logique, même peut être trop bien et c'est ça qui m'inquiète. Enfin de compte, je me rend bien compte du poids des responsabilités et cela m'effraie, cette pression qui chaque jour pèse un peu plus sur mes épaules me force à boire, parce que sans mon élixir de vie, je ne pourrais pas bien dormir la nuit et j'ai besoin de repos. Comme vous l'aurez deviné, mon principal défaut réside dans ce goût du perfectionnisme qui me pousse sans cesse à me justifier mentalement, provoquant par la même occasion le doute. Mais lorsqu'on use de logique, il est normal de ce remettre en doute, c'est ce que m'a appris un ancien philosophe aujourd'hui oublié : Un certain Descartes.  

Quel est votre clan, si vous en avez un, ou un groupe, une bande ? Quels sont ses objectifs, quelle place y avez-vous ? Cela vous plaît-il ?

Cette question me fait sourire. Elle me fera toujours sourire. Les joies de l'anonymat est un luxe réservé aux connaisseurs. J'appartiens à la Triumvirat. Je suis l'un de ses chefs et fondateurs. Et comme vous pouvez l'imaginer, j'ai façonné selon mon idée ce groupe, avec de la patience et beaucoup de persuasion. Il est donc certain que je m'y plais. Même si sincérement, un penseur ne devrait pas être affilié au pouvoir, car on y perd l'essence même de la critique.

Parlez-nous de votre histoire, vos amis, votre ville natale, votre attachement politique, etc.    




Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 18 Oct 2010 - 15:12    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Dorian Russel
Nouveaux inscrits

Hors ligne
Messages: 2
Inscrit le: 09 Oct 2010

Emploi: Co-dirigeant de Sinneria
Surnom / Identité: BOSS
Âge: 41 ans
Ville d'origine: Sinneria
Parenté: Inconnu
Localisation: L'altus
Sin(s): 4
Race: Humain
Capacité: Possède une bague anti-pouvoir
Handicap: Paranoïa aigüe
Points forts: Intellect sur-développé, stratège
Points faibles: Alcoolique, mégalo et orgueilleux

MessagePosté le: Lun 18 Oct 2010 - 15:19    Sujet du message: Dorian Russel, de l'homme au philosophe Répondre en citant

ET DERRIÈRE ? "Ne serait-ce pas l'ombre de l'homme ?"

Quel est l'avatar qui représente votre personnage ?
Clive Owen est l'acteur qui a été choisi par les soins de l'équipe pour interpréter ce rôle difficile et complet.

Combien de fois par semaine êtes-vous disponibles pour venir sur le forum ? Et pour poster en RP ? Et pour flooder ?
Et bien, je dirais que je suis aussi disponible que non disponible. Il vous arrivera de me voir plusieurs fois par jour comme ne pas me voir durant une semaine. Je ne suis pas un floodeur, mais un amoureux de l'écriture, aussi compliqué soit-elle. De cette manière, je ne pense pas flooder beaucoup. Du moins pour le moment, pour ne pas vous mentir.

Comment êtes-vous arrivé ici ?
J'ai été parachuté à 2000 pied d'altitude par un avion sonique qui était à Mac5 Yosh

Avez-vous fait de la publicité autour de vous pour Sinners ? Si oui, comment parlez-vous de ce forum, et comment le qualifieriez-vous ?
Non et je ne pense pas en faire. Car je ne pense qu'à moi. Et surtout parce que je ne connais personne dans mon entourage qui aime ce genre de jeu.

Le règlement est-il signé ?
Non pas encore. Va falloir que j'édite pour le signaler, une vrai galère...

Des choses à ajouter ?
...



Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:43    Sujet du message: Dorian Russel, de l'homme au philosophe

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Avant de franchir les murs -> Fiches de présentation Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème pour Sinners© de